RSS

Une histoire pour l’Aïd par Omar Chaalal

5 octobre 2014

Omar Chaalal, Omar Chaalal

144385_3G714IS8YSOL3ZKKI3GRICAWGN2JY8_bouche_cerise_H151953_L
Farida et Kaddour nous définissent la gourmandise politique comme suit : c’est un procédé politique développé à la Gargantua. Le procédé consiste à incorporer des agents étrangers à un système politico-économique pour former des ponts mystérieux entre les clans qui dévorent nos moutons au-delà de nos frontières. Une histoire pour l'Aïd par Omar Chaalal dans Omar Chaalal trans
Ces ponts solidifient les relations entre les malfaiteurs et les gangsters qui échangent nos aliments contre la drogue qui inonde le pays. Après la formation de ces ponts, les discussions politiques deviennent fourbes et la rumeur remplace l’information officielle quand nos bouches sont touchées. Cette opération rend le système commercial moins crédible et plus élastique avant sa faillite. La rupture avec le système s’annonce quand le client s’aperçoit qu’il a applaudi hier des élus à la chkara « sac poubelle » qui ne méritent plus d’être applaudis aujourd’hui. Voltaire a bien décrit cette situation « Le public applaudit même aux pensées les plus fausses quand elles sont brillantes. Oui sans doute ! On applaudira le premier jour, et on s’ennuiera le second ».Farida et Kaddour apprécient les paroles du Docteur Mouloud Hédir, l’expert en commerce, et surtout son expression « Les algériens ne sont pas tous de bras cassés ». Farida n’a pas une tête carrée et ses bras ne sont ni longs ni cassés mais ne comprend pas les combines dans notre commerce. Elle a lu des documents sur la viande Halal publié en France « L’Algérie, l’Egypte et la Tunisie importent n’importe quelle viande pourvu qu’elle soit tamponnée “Halal”. Selon des rumeurs persistantes, d’habiles hommes d’affaires algériens basés à Marseille importent des cargos entiers de viande venant d’Argentine, et la réexportent directement en Afrique du Nord, après qu’un imam local ait mis son tampon “Halal” sur les documents — moyennant un versement généreux »

Farida et Kaddour ne contrôlent ni la rumeur ni l’honnêteté de nos imams mais pensent que l’ex-ministre de l’agriculture Baissa ne s’entendait pas bien avec le secrétaire général de l’union des fellahs et l’ex-ministre des mosquées Ghoulam Allah. Le Coran ne passe pas entre ses trois personnes. Les fatawi importées montrent des fissures dans la couche de glace qui protège la viande dite congelée. Benaissa voulait toujours supporter la politique de l’importation de la viande hallal congelée pas trop aimée par les algériens. Ghoulam Allah ne peut pas accepter les pensées trop froides de Benaissa.

Il propose une fatwa chinoise pour éviter un désastre sibérien en Algérie. Il s’adresse au chef du syndicat de la prière si Djeloul et dit « Je mange le frais quand les autres cherchent le congelé ». Le responsable des prières pense que ce phénomène explique la discorde et les disputes entre le ministère du commerce et le ministère de l’agriculture depuis que l’éternel secrétaire général de l’union des fellahs a affirmé « Chez nous celui qui mange un aliment frais qu’un autre ne peut pas se permettre, augmente la frustration et la rancune de celui qui ne le mange pas souvent. Je vous le dit franchement. Depuis que j’ai quitté ma fonction de fellah « moustafid » en 1972, j’ai jeté le turban et la djellaba du fellah. Je les ai remplacés par une cravate, un costume à railleurs et un chapeau en cuire du type Al Capone. Je suis devenu norvégien de mentalité et je ne mange que du saumon. Les souks El Fellah n’existent plus et les fellahs de ma région ne me font plus confiance. Ils m’ont vu abandonner ma politique socialiste dans le domaine agricole. C’est la raison qui explique la présence des protéines argentines congelées et supposées halal dans nos marmites »

La causerie du chef de l’union des fellahs n’a pas marché puisque les imams mangent la viande congelée tamponnée par leur collègue de Marseille. D’après l’imam Chams-Eddine, le Coran mal imprimé par Ghoulam Allah est souvent mal interprété par le chef de l’union des fellahs quand le congelé est discuté par nos députés et sénateurs. Nos imams n’écoutent plus la thèse de ce ghoulam quand la fatwa chinoise n’arrange pas notre frère norvégien. En contraste, les réformistes du FLN avouent qu’un bélier décongelé au soleil de Touggourt et trempé dans une eau sacrée de Oued-Souf devient un halal selon le rite des suivistes de la fetwa « soufisante » même si la viande n’est plus suffisante.

Pour Amara Ben Younes, la viande congelée pour une fête religieuse givre la politique en Algérie. Il chuchote à l’oreille de Nouri et dit « l’Algérie a importé pour 30 millions d’euros de viandes rouges durant les six premiers mois de l’année en cours. Un chiffre important que l’exploitation des potentialités nationales aurait pu éviter au trésor public » Pour se faire mieux écouter, Sellal interpella les éleveurs et les bergers à se secouer pour assurer une meilleure production ». Nouri réplique « Je vais appliquer la politique de Panurge pour dénouer ce nœud trop serré. Une fois le nœud défait, je demande à Pantagruel de garder les moutons à Djelfa ». L’humour de notre politique reflète notre viande le jour d’Eid El Adha quand Farida et Kaddour ne sont pas satisfaits par les paroles mélodiques de nos responsables. La suite de ce récit politique image l’intelligence de Farida et la naïveté de Kaddour.

Pour les français Rabelais était un humaniste engagé qui se battait pour la justice et la liberté. Il était contre la violence et militait pour le bienêtre de ses semblables. Chez nous Kaddour est un humaniste qui se bat quotidiennement pour acquérir un fardeau de baguettes de pain et quelques litres de lait enchâssé pour ses onze enfants sous-alimentés. Kaddour vit toujours à Cap Falcon même quand sa retraite de la mairie d’Ain Türk ne lui suffit pas pour vivre comme il le veut. Il vit comme tous les retraités communaux dans la peine et la frustration dès qu’une fête religieuse s’annonce. Kaddour ne connait pas l’école nationale d’administration algérienne mais il connait très bien les bergeries qui forment les maquignons. D’après Kaddour, la bergerie délivre un diplôme qui permet aux sortants de cette école un emploi de contrôleur et manipulateur des prix dans nos souks.

Quelques jours avant la fête d’Eid El Adha, Kaddour prit la décision de visiter les souks pour comparer les prix des moutons par rapport aux années précédentes. Il constate que les prix s’envolaient à une altitude imaginaire. Pour Kaddour la culture du cerf-volant n’est pas algérienne. Choqué par les prix des béliers, il se hâta vers son voisin Farida, un pécheur connu par son intelligence à Cap Falcon. Il lui raconta ce qu’il a vu. Kaddour s’exprime calmement et en toute clarté « Dans nos souks, il suffit qu’un pauvre jette son regard sur un mouton pour que le nouveau riche et le dealer de drogue qui se trouvent à ses côtés veulent eux aussi posséder la bête désirée par cette personne. C’est ce geste qui donne des ailes à nos moutons. »

Farida n’est ni riche ni vendeuse de drogue marocaine. Elle est très cultivée et ne se sent pas visé par la pensée de Kaddour. Farida n’hésite pas de dire à Kaddour que le mouton est devenue vraiment une discorde entre les algériens et ceux qui les gouvernent. Pour bien décrire la situation, il demanda à Kaddour d’écouter l’histoire des conséquences de la cherté du mouton au temps de Râblais. Il recommanda à Kaddour de faire comme monsieur Panurge s’il veut changer la situation et manger une viande fraiche pas chère. Très curieux, Kaddour demanda à Farida de lui raconter l’histoire de monsieur Panurge à la manière de Rabelais. Farida raconte l’histoire de Panurge comme elle l’a apprise à l’école « Au cours de ses aventures, Pantagruel, frère Jan et Panurge se trouvent sur un bateau. A bord du même bateau se trouvent également des marchands, dont l’un possède un troupeau de moutons. Un débat oppose le marchand de moutons à Panurge, celui-ci se moquant de la tenue de l’autre, le traitant de cocu. Le débat apaisé, Panurge souhaite acheter un mouton au marchand, qui durant des pages et des pages fait louange de ses bêtes avant de finir par en céder un-fort prix. Mais Panurge, loin d’être réconcilié avec le marchand, choisit la plus belle des bêtes et la jette à la mer. Le reste du troupeau entend avec affolement les bêlements de la bête qui se noie, et se jettent à leur tour à la mer, poussés par l’instinct grégaire. Le marchand, qui veut retenir quelques spécimens, est emporté et fini par se noyer ; d’autres moutonniers présents sur le navire subissent le même destin. Ainsi finit la vengeance de Panurge ».

La culture de Kaddour est très limitée. Elle se limite aux frontières de son champ d’oignons à Cap Falcon quand Benaissa propose la solution de Panurge dans le domaine agricole. Kaddour pensait que Panurge était un mécanicien à Cap Falcon et que Râblais était un ancien maire de Ain Türk du temps colonial. Ne pouvant plus satisfaire la demande de ses enfants dans la joie et le bonheur, il mentit à ses enfants. Il leur a promis un bélier français pour la fête de l’Eid El Adha. L’idée du bélier français est une idée longtemps appliquée par Farida. Farida pense que le bélier français n’est pas cher. Il ne dépasse pas les milles cinq cent dinars algériens. Il est donc juste-juste à la portée de Kaddour. C’est ainsi que Farida recommanda à Kaddour un bélier français. Kaddour séduit par les paroles de sa voisine, il demanda à Farida de lui ramener un bélier français la veille d’Eid El Adha. Farida pense que les responsables sortants de l’école d’administration sont incapables de contrôler les souks. Ils ne méritent pas de gérer ce pays quand leur compétence dépasse à peine les compétences d’un garde champêtre dans la daïra de Birine dans la région de Djelfa.

Kaddour rigola pour un bon moment et dit « Je pense que les marchands de moutons chez nous méritent une noyade dans la mer comme les marchands de moutons de Panurge. Maintenant je comprends pourquoi les béliers sont très chers dans nos souks »

Les enfants de Kaddour, très enchantés par les paroles de leur père, attendent avec impatience l’arrivée du bélier français. La veille de l’Eid El Adha, Farida ramena deux béliers français. Un pour elle et l’autre pour Kaddour son voisin. Les enfants de Kaddour n’ont pas cru à leurs yeux. Un beau bélier français ! Ce bélier pesait 15 kg. Il n’avait pas de cornes. Il avait de longues oreilles pendantes. Il ressemblait à un lapin. Kaddour rentre tard le soir. Avant de franchir le seuil de sa cabane, Il demanda à sa femme si Farida a ramené le bélier français. La femme de Kaddour répond en souriant : Oui un bélier lapin ! Kaddour ne croyait pas aux paroles de sa femme. Il se dirige vers la petite cours pour voir le beau bélier français. Choqué par ce gros lapin, il alla voir sa voisine Farida. Farida expliqua à Kaddour que ce lapin est un lapin de race française. Les chercheurs français ont travaillé pendant plusieurs années pour arriver à ce résultat. Effectivement c’est un lapin mais l’académie française des sciences lui a donné le nom « bélier français ». Il est gros et il pèse comme un bélier.

Pour éviter les disputes nocturnes avec son voisin Kaddour, Farida inventa une histoire qui justifie son lapin. Il expliqua à Kaddour que les chinois qui travaillent chez nous ont une bonne culture. Dans la culture chinoise les individus sacrifient l’animal qui correspond à leur signe dans l’horoscope chinois pour satisfaire Bouddha. Le signe de Farida est Tou. Tou veut dire lapin en chinois. Tou est le quatrième animal à s’être présenté devant Bouddha. Farida continue, une consultation de l’horoscope chinois m’a permis de constater que les individus nés sous le signe Tou sont très calmes et réalistes. Il avoue à son voisin Kaddour qu’il est très réaliste, il ne peut pas se permettre un bélier de Djelfa. C’est pour cette raison qu’il sacrifie un lapin à la manière chinoise.

Par curiosité Kaddour demanda à Farida de vérifier son signe dans l’horoscope chinois. Kaddour est né en automne. Son signe est un Coq. Chez les chinois, le Coq est le dixième animal à s’être présenté devant Bouddha. Les individus du Coq sont des amis fidèles et courageux. Ils ont un respect pour les lois et les règles. Kaddour reconnait qu’il est exactement comme le Coq chinois.

En conclusion : Kaddour revient à sa famille et raconta à ses enfants ses aventures avec Farida et l’histoire de l’horoscope chinois. Kaddour s’estime heureux de son signe et se moque de celui qui a pour signe le cochon. Kaddour jura devant ses enfants que l’année prochaine il sacrifiera un coq. Kaddour n’est pas algérien pour rien. Il demande à son Excellence de fermer les écoles bergeries, de nommer Panurge comme ministre des animaux et Pantagruel comme ministre de la religion. Après cette nomination, Panurge va visiter Djelfa pour restructurer ses souks et Pantagruel va prohiber la viande congelée pour les riches et appliquer la fatwa chinoise pour les gourmands et les fraudeurs. Comme ça nos enfants vont rigoler et dire au maitre d’école qui s’occupe de l’économie : Le prix du mouton de l’Aïd en Algérie se situe entre l’intelligence de Farida et naïveté de Kaddour.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Des avions et des hommes |
la rose |
pasmole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | À savoir sur le phénomène I...
| Encrage
| LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE...