RSS

Une ville, une histoire Samha

9 septembre 2013

SOUGUEUR

Dans le village de Trézel par exemple, les Algériens, lorsqu’ils tombaient malades, n’avaient d’autre choix que l’infirmerie municipale, un mouroir sordide et froid ou de se rabattre sur les remèdes de grand-mère et les herbes des guérisseurs.

Une ville, une histoire Samha dans SOUGUEUR constlogo

 

Une ville, une histoire
Samha

 

Drame - Quant aux aliénés musulmans, ils étaient littéralement abandonnés par leurs familles qui ne disposaient d’aucun moyen pour les secourir.

Pendant l’occupation coloniale de notre pays, les soins médicaux étaient trop chers pour les indigènes.
Dans le village de Trézel par exemple, les Algériens, lorsqu’ils tombaient malades, n’avaient d’autre choix que l’infirmerie municipale, un mouroir sordide et froid ou de se rabattre sur les remèdes de grand-mère et les herbes des guérisseurs.
Les Européens, eux, pouvaient se payer une visite chez le généraliste du village, M. Parrot ou mieux, se faisaient carrément traiter par un spécialiste de la capitale.
Pour ce qui était des cas de démence, les choses étaient autrement différentes. Les aliénés européens dont les familles avaient peur du scandale et qui tenaient par-dessus tout à leur statut, évitaient de se donner en spectacle dans la rue. Ils étaient discrètement orientés le soir vers les asiles de Blida ou d’Alger où ils étaient pris en charge et suivis. Quant aux aliénés musulmans, ils étaient littéralement abandonnés par leurs familles qui ne disposaient d’aucun moyen pour les secourir.
Sales et déguenillés, les Français les fuyaient comme la peste et l’administration n’éprouvait aucune compassion pour ces pauvres diables qui avaient perdu définitivement la raison.Ils mouraient en général dans l’indifférence totale des services sanitaires de la mairie. Samha est pourtant la première aliénée juive du village. Son beau-frère Isaac l’autorisait à vadrouiller toute la journée dans le hameau, mais la ligotait le soir à la maison bien à l’abri des maraudeurs. Et puis un jour elle a disparu brusquement de la circulation.
Personne ne la revit plus jamais.
Renseignement pris, la diaspora du hameau a cotisé secrètement pour l’envoyer en France et lui payer les psychiatres les plus chers de l’Hexagone.

Abdenour Fayçal

Le journal des locales Edition du 5/2/2013

http://www.infosoir.com/imp.php?id=149869

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Des avions et des hommes |
la rose |
pasmole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | À savoir sur le phénomène I...
| Encrage
| LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE...