RSS

Une ville, une histoire Des surnoms indélébiles

11 février 2013

Une ville,une histoire

Une ville, une histoire Des surnoms indélébiles dans Une ville,une histoire constlogo

Habitude - Dans de nombreuses agglomérations des Hauts-Plateaux où les gens se connaissent de père en fils, on identifiait les habitants par leur arch ou leur douar.

C’est une particularité algérienne. On s’est toujours appelé par son origine dans les villages   les plus reculés du pays.
Dix ans après l’indépendance, c’est-à-dire  jusque dans les années 70, on pouvait observer dans certaines régions de la bande steppique que les citoyens se désignaient le plus naturellement du monde par le nom de leur tribu, de leurs pays d’origine et quelquefois par le métier que leurs parents ont exercé dans la communauté ou qu’ils exercent eux-mêmes.
Ainsi par exemple, dans de nombreuses agglomérations des Hauts-Plateaux où les gens se connaissent de père en fils, on identifiait les habitants par leur arch ou leur douar. On disait donc volontiers l’khaldi en référence à la tribu des khoualeds, l’azizi, en référence à la tribu des Ouleds Aziz  ou l’bouafifi  en référence à la tribu des Ouleds Afif.
Dans d’autres bourgs, les artisans étaient désignés non pas par leur douar, mais par leur pays d’origine étant entendu qu’ils descendaient d’anciens expatriés.
A Sougueur lorsqu’on disait l’figuigui  «Figuig» tout le monde savait qu’il s’agissait du boulanger et lorsqu’on disait ecchami «Syrie» tout le monde savait que c’était l’imam.
Parfois c’était une invalidité physique d’un ancêtre qui prenait le pas sur le nom propre de toute la famille.
Un ancien combattant de la Guerre 14/18 a toujours été affublé, sous ces climats, du pseudo de tripani à cause d’une trépanation qu’il avait subie au cours du conflit mondial.
Ses enfants et ses petits-enfants continuent toujours d’être appelés ouled ou b’net «tripani».
Au nord, sur la bande littorale, les arrière-petits-enfants d’un ancien propriétaire de calèche ont hérité à vie du nom du métier de leur aïeul.
On les désigne aujourd’hui encore par   «dar-el-calichi».
Les choses, bien sûr, ont commencé à changer et chacun reprend peu à peu ses billes.

Abdenour  Fayçal

Lire l’article depuis sa source 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Des avions et des hommes |
la rose |
pasmole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | À savoir sur le phénomène I...
| Encrage
| LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE...