RSS

Une ville, une histoire Sans pierre tombale

7 novembre 2012

Journalistes


Risque - Encouragé par sa petite tribu, l’homme se mit à l’eau, caressa quelques vagues, s’aventura au milieu des baigneurs et poussa plus loin jusqu’à ce que le niveau lui arrive aux épaules.

Il est né à El-Asnam, certains prétendent dans les environs immédiats de ce chef-lieu.
Il avait cinquante ans et la nature l’avait doté d’une santé de fer au point qu’il ressemblait à une armoire à glace.
L’homme était tout en muscles et il irradiait une extraordinaire gentillesse.
Pantouflard et père de deux enfants, il n’avait jamais quitté la ville et se contentait des petits loisirs de tous les jours que pouvait procurer une vie saine et sans stress.
Il y a quelques années ses neveux l’invitèrent à les accompagner à la plage, sur le littoral algérien.
Il refusa poliment de quitter ses vieilles habitudes pour aller barboter dans l’eau au milieu des étrangers, d’autant qu’il était pudique par naissance.
Décidément tenaces et pas faciles à repousser, ils lui renouvelèrent il y a trois ans la même invitation mais cette fois pour une plage mostaganémoise.
Refuser une fois encore, pensa-t-il, serait une maladresse et du plus mauvais goût. Il accepta et se retrouva la semaine suivante sous un parasol d’été au milieu de ses neveux heureux et excités par le charme du nouveau site.
Encouragé par sa petite tribu, l’homme se mit à l’eau, caressa quelques vagues et s’aventura au milieu des baigneurs, poussa plus loin jusqu’à ce que le niveau lui arrive aux épaules.
Pris de panique, l’homme voulut retourner à la berge mais le courant l’aspira et plus il se débattait et plus il l’attirait vers le fond.
Il résista pendant une dizaine de minutes mais la houle était plus forte. Il perdit connaissance pour ne plus se réveiller.
Ramené sur la terre ferme par les maîtres nageurs qui constatèrent son décès, le pauvre malheureux sera inhumé au cimetière de Mostaganem, dans l’anonymat le plus total.
Sa tombe ne porte aucune indication aujourd’hui. Pas le moindre nom ou la moindre identification.
C’est un rectangle sommaire bordé de ciment cru.

Abdenour Fayçal

Le journal des locales Edition du 30/10/2012

http://www.infosoir.com/imp.php?id=146524

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Des avions et des hommes |
la rose |
pasmole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | À savoir sur le phénomène I...
| Encrage
| LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE...