RSS

Chronique des jours sans -Sarko ? Jamais ! Je porte le nom d’Algérien !

3 mai 2012

Mohamed Benelhadj

Bonsoir  chers amis. Merci d’envoyer à qui vous pouvez. Il faut que cette engeance disparaisse de notre paysage…

Chronique des jours sans


Il eût été étonnant qu’après tant de controverses dont il aura décidé du tempo, du point de départ comme de celui d’arrivée, il en vînt à résipiscence de toutes les forfaitures, de toutes les escroqueries, de tous les mensonges, de toutes les turpitudes, de tous les coups fourrés, de tous les travestissements de la vérité, de toutes les haines qu’ils a encouragées, de toutes les vindictes qu’il a nourries contre ceux-ci ou ceux-là, des arabes vilipendés oubliant que leurs ainés ont sauvé la France quand son grand père se battait dans les rangs des armées autrichiennes, des noirs « qui n’ont pas de profondeur  historique », et tous les autres qui ne sont pas de Neuilly ou qui ne portent pas des montres qui valent cinquante fois le salaire minimum. Non, debout dans ses bottes, pour reprendre l’expression de son obligé et accessoirement ministrion en charge des petites affaires étrangères, il ne reviendra pas en arrière. Laissant son lieutenant, le toujours fasciste ministre des armées néo coloniales, s’exprimer dans son torchon « Minute », qu’il avait créé il y a cinquante ans pour y donner la parole aux assassins de l’OAS,  s’en donner à cœur joie à ses anciennes amours. Gérard Longuet, quelle histoire ! Celle de ces petits soldats de l’après guerre qui voulurent « reprendre l’Algérie aux bougnoules », qui plastiquèrent nos consulats, à Marseille notamment où ils tuèrent des innocents.

Ceux d’ici, qui ne savent rien de cette époque où des pauvres immigrés furent voués aux gémonies, sans défense, sans personne pour les défendre si ce n’est quelques « gauchistes », anciens porteurs de valises, comme on disait, mais reniés par une Algérie réfractaire à ses mémoires multiples, ceux d’ici donc qui étaient déjà au pouvoir mais qui n’ont le souvenir que de leurs carrières. Hélas, ils ne sont les témoins de rien.

Hollande, mille fois oui ! Sarkozy, mille fois non !

Comment le dire autrement quand on est Algérien ?


Med B.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Une réponse à “Chronique des jours sans -Sarko ? Jamais ! Je porte le nom d’Algérien !”

  1. azedd Dit :

    Autant dire que son départ n’est pas une perte pour la France et encore moins pour l4Algerie.LePOCCON a pris sa retraite difinitive

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Des avions et des hommes |
la rose |
pasmole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | À savoir sur le phénomène I...
| Encrage
| LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE...