RSS

Une ville, une histoire «Silima»

9 avril 2012

Une ville,une histoire

Une ville, une histoire «Silima» dans Une ville,une histoire constlogo

Le journal des locales Edition du 4/4/2012 

Une ville, une histoire
«Silima»

 

Electricité - Dans un des hameaux perdus de la plaine du Sersou, au sud de Tiaret, un colon, touche à tout, a l’idée géniale d’installer un groupe.

Nous sommes en 1947 et l’Algérie coloniale n’était pas entièrement électrifiée.trans dans Une ville,une histoire
L’EGA, l’entreprise chargée d’alimenter en courant les agglomérations du pays, avait reçu pour consigne de ne fournir de l’énergie qu’aux centres importants où vivaient les Européens.
Les villages de l’arrière pays étaient naturellement exclu, particulièrement ceux des Hauts-Plateaux du Sud qui devaient se débrouiller comme ils pouvaient.
C’est précisément dans un des hameaux perdus de la plaine du Sersou, au sud de Tiaret, qu’un colon touche à tout, a l’idée géniale d’installer un groupe.
L’opération pour M. Momeja, c’était son nom, était tout bénéfice.
Elle lui permettait d’illuminer la maison du maire et celles des notables, les 3 poteaux du centre, l’unique bar et bien sûr la petite salle de cinéma.
A la fin de chaque mois, les abonnés lui payaient un forfait conséquent supérieur à sa prestation.
En plus, il passait aux yeux de sa communauté comme un exemple de dévouement et de citoyenneté.
En attendant que les services techniques du gouvernement donnent à l’EGA le feu vert pour installer les compteurs partout sur le territoire et que l’électricité pénètre dans tous les foyers, le groupe de M. Momeja s’essouflait.
Dans ce hameau de 3 000 âmes, le courant n’était disponible, en été comme en hiver, qu’à partir de 19 heures.
Dès 22 heures, extinction des feux.
La nuit reprenait ses droits.
Et cela n’était pas sans quelques désagréments, en particulier pour les spectateurs du seul cinéma encore valide : «Le Nador».
Le rituel était toujours le même. Le documentaire commençait à 21h 15, il était suivi de dessins animés et enfin de quelques lancements du prochain long métrage.
Puis arrive l’entracte où l’on pouvait se dégourdir les jambes et manger quelques bonbons puis c’est le rappel des spectateurs pour la projection du film.
C’est à 22h précises, au beau milieu du spectacle, que tout s’éteint.
Habitués à ces coupures régulières, les spectateurs sortaient de la salle sans un mot non sans demander au projectionniste, au seuil de la porte, de leur raconter la fin de l’histoire.

Abdenour Fayçal


À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Des avions et des hommes |
la rose |
pasmole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | À savoir sur le phénomène I...
| Encrage
| LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE...