RSS

Zaouias d’Algérie : hier, aujourd’hui et demain

Résumé : Les Zaouïas en Algérie comptent parmi les premières et principales empreintes socio- cultuels. Elles étudient et appliquent les enseignements de la religion musulmane selon le rite Sunnite – Malikite et la doctrine Achaarite. Elles s’imposent dans la mémoire collective par leur statut spirituel et leur poids temporel liés à leurs missions éducatives, formatives et sociales. Elles sont de fait le point de repère et d’émergence de toutes les voies Soufies, elles même fondées par des Maîtres-Zaoui : pieux et saintement éclairés par le Fatah El Rabbani qui signifie « illumination » que l’on doit prendre dans son sens symbolique : la réalité divine. Ces Maîtres-Zaoui ont le devoir d’enseigner le Coran, ensuite le droit musulman (Sciences de la charia) et d’orienter la pratique du Soufisme (taçawwouf) : le combat dans la voie de Dieu. Cette éducation est ces enseignements sont pris en charge par des disciples – initiés dans la voie du Maître – Ces derniers perpétuent la dynamique des Zaouïas en fonction de l’émancipation des individus et de l’évolution des milieux : campagnes et cités. Cet article a pour but d’expliquer aux lecteurs la signification de ce patrimoine matériel et immatériel tout en traçant quelques perspectives en ce qui a trait à sa structure, son organisation, ainsi qu’aux résultats sur le plan des missions dont se chargent les Zaouïas depuis leur émergence. 1) Zaouïa – Patrimoine : A- Structure : La Zaouïa ou angle ; héritière du Ribat ancien a émergé au 11ème siècle (5ème siècle de l’hégire). En cette période d’inclinaison de la civilisation musulmane, les Maîtres des voies soufies l’ont fondée comme solution médiane entre deux édifices sacrés du monothéisme Abrahamique ; c’est-à-dire entre la synagogue juive et l’église chrétienne. L’Islam pour eux, étant l’ultime rappel des vérités éternelles rapportées et défendues par tous les messagers d’Allah. Cette approche éloigne la Zaouïa de toute hérésie, de tout spiritualisme sombre et de toute secte scientiste ou matérialiste habillée d’un humanisme de façade. B- Missions : Sa personnalité civile de fait et sa configuration organisationnelle de type géométrique lui confèrent une hiérarchie et une discipline qui lui permettent de développer et de consolider ses actions philanthropiques, éducationnelles, religieuses, voire même politiques. Elles lui permettent aussi et de contrôler la communication, de diffuser l’exacte information, Son autorité spirituelle lui permet d’agencer et surtout cimenter les éléments organiques qui la composent et l’animent. 1. 2) Voies Soufies – Patrimoine : A- Structure : Les Voies Soufies sont de véritables associations initiatiques à tradition islamique ayant pour mission de renouveler le message d’Allah aux hommes en des temps et des lieux différents. Elles sont issues et presque toujours liées à la zaouïa mère connue sous le vocable d’école coranique. B- Missions : Il s’agit en fait de méthodes ou de chemins pédagogiques multiples et à plusieurs facettes qui on pour rôle de guider des disciples et fakir (pauvre) des zaouïas. *-La classe d’initiation (mouridines) : C’est le palier des disciples débutants qui aspirent l’ascension vers la direction du salut. La Tarika ou voie leurs offre les moyens didactiques et prophylactiques d’assistance et de résistance contre toutes formes d’aliénation. *-La classe moyenne (tolba) : C’est le plier des disciples lettrés détenteurs du Coran et des sciences juridiques (charia). Ces Tolba agissent conformément aux enseignements du Coran et de la Sunna transmise par le prophète Mohamed que la bénédiction et la paix de dieu soient sur lui. La Tarika ou voie leurs offre la possibilité de confier le savoir et l’éduction du Maitre dans divers domaines de la vie de l’homme : rituelle, spirituelle et même profane. *-La classe supérieure (Mokaddam et Cheikh) : Ceux sont les Maitres spirituels(Cheikh) et temporels(Moqadem) qui occupent cet espace. C’est à partir de ce stade émerge le rapprochement entre intellectualité et spiritualité : seule support fertile et repère indéfectible de la Distinction ou vêtement de la crainte récurrente d’Allah (expression très employée par les Chouyoukh). Il s’agit d’une véritable identité qui perpétue le ciment des liens entre les créatures et leur Créateur (el Khalek). 3) Le couple : Zaouïa –Voies soufies : Ce couple tente de tracer le chemin vers l’unification. Il éprouve le besoin de ramener l’homme à Dieu tout en le rapprochant des autres hommes et en l’alignant au dessus des autres créatures dans la voie de Dieu. Pour combler les vides béants entre le cœur et la raison, ce couple, par l’éducation qu’il dispense s’emploie pour libérer l’âme divine du voile de l’Ego(Nafs) satanique et malin. Le moi (Nafs) étant une véritable sanction imposé par Dieu lui-même à l’homme pour examiner sa réalité et tester son véritable combat. Pour ce faire, les forces du couple doivent agir en association. Celle-ci doit être fondée sur le savoir être et la savoir faire: une condition qui doit demeurer la seule la référence humaine ; intellectuelle d’abord, rituelle ensuite, et spirituelle enfin. 2. Le principe de base du couple La Zaouïa -Tarika (voies) est la dynamisation de l’homme entre la matière (moyen) et l’âme (âme) par l’enseignement de la charia qui doit constituer la seule et unique raison d’être de la zaouïa -école. Elle doit être aussi l’expression primordiale de toute initiation dans la voie de la connaissance prônée par la Tarika. Quelle que soit les approches et les différentes définitions accordées à ce couple, celui-ci demeure à notre avis un repère dans l’espace et dans le temps à toute connaissance acquise par les enseignements élémentaires parentaux d’abord puis ceux des maîtres par la suite. En effet, zaouïa et voies Soufies- ce repère- n’est qu’un parmi d’autres moyens par lesquels se configurent des doctrines, des rites, des commandements… Il ne doit en aucun cas être considéré comme un espace réservé à une nouvelle caste d’ « élitistes « ou à une nouvelle forme de CLERGE détenteur de la grâce divine. Ce repère sacré n’octroie aucun privilège substantiel, ne développe aucune source de générosité de la nature divine et ne garantit aucune une virginité spirituelle innée ou acquise. Nous remarquons aujourd’hui une caste de Gourou qui réduit au minimum l’espace noble du couple zaouïa – Tarika à un vague Ordre individualiste dans lequel on voudrait enseigner une science divine que l’on ne possède pas. Beaucoup de choses ont changé dans les Zaouïa mais il reste beaucoup à faire. En effet l’action que nous menons au sein de l’Union Nationale des Zaouïas est noble. Elle demeure conforme aux enseignements du Coran, de la charia et des coutumes de nos proches .Nos parents qui nous ont transmis ces traditions, étaient considérés par leurs confrères comme Maîtres de leur époque. Hélas, de nos jours des indus occupant de ces lieux du culte des sciences et des vertus considèrent notre action comme BIDAA (innovation) mais nous devons continuer notre travail aux bénéfices de l’ensemble des ZAOIUA ET DES VOIES SUOFIES. Notre démarche ne pourra être perdue ou occultée .Le nouveau clergé des Zaouïa, ingrat et endurci par certains idolâtres zélés ternira cet épisode de l’histoire contemporaine du couple Zouia-Voies. Par leur présence et leur alliances avec tout se qui alimente et éternise leur EGO, les gourous éloigneront des zaouïas toutes sortes de vertu. 1. Nul ne peut cacher ou passer sous silence l’histoire des zaouïas à travers les âges, nul ne peut nier ses différentes formes de résistances à travers les siècles. Hier encore n’étaient elles pas l’appui fidèle et indéfectible à tous les moignons de la chaîne de réconciliation qui a œuvré pour le droit à la Vie et le retour de la Paix en Algérie ? 2. Nul ne peu ignorer le rôle protecteur de la zaouïa pendant la longue époque coloniale qui a rendu l’homme algérien morcelé et privé, sans mémoire et à la recherche de son identité et de sa dimension spirituelle. 4- Organisation des Zaouia: A- Matérielle : Elle est fondée sur le savoir faire. Cette dimension extérieure s’adresse à tous les disciples pour les former dans le chemin de l’entreprise .Elle doit se traduire par la maîtrise du travail en tant que force physique génitrices et génératrice de moyens (faveur divine) et par l’indépendance économique qui permettent à la Zaouïa de jouer pleinement son rôle social et cultuel. 2. B- Rituelle : Elle est commune à tous les édifices religieux (Mosquées écoles coraniques etc. ….). L’accomplissement du culte musulman selon le rite Sunnite-Malékite et la doctrine Acharite est de règle. La formation des jeunes Tolba est obligatoire. Elle commence par l’apprentissage du Coran suivi en deuxième étape par l’enseignement du droit musulman et dans certains cas même les sciences profanes. Le Sama’a (chants religieux), l’oralité et la Hadra virtuelle (mouvements physiques du corps ordonné par la voix rythmée du Moqadem ou maître temporel viennent souvent agrémenter cet enseignement. C-Spirituelle ; La spiritualité est le point de départ, c’est la dimension intérieure du couple « Zaouia-Tarika ». Elle constitue également la finalité du couple . La recherche de la vérité absolue est le leitmotiv, c’est le but à atteindre en se basant sur l’Amour, la piété, le principe de la crainte d’Allah, et en évoluant dans un espace de sainteté, de réalité et de présence divine : Hadra réelle. Le tandem Cheikh-Mouride (Maitre-Aspirant) constitue l’élément vital de la Zaouia-Connaissance et de la Voie -Indication. 5- Les Services : La Zaouia-Société Savante- est une structure traditionnelle d’éducation et d’enseignement. La Zaouia-Société Civile- est d’autre part une structure d’assistance et d’accueil . Elle propose ses services qui sont basés sur deux principes : a-Concurrence et rivalité dans l’action sociale et la solidarité Elles se traduisent par les dons et les contributions diverses : _ Le Mouride doit donner de son temps libre (Touiza) pour rendre service à la communauté. _ Le Moqadem (Cheikh temporel) reste le guide et le maître des services en incluant la notion de BARAKA (parcelle de grâce) et de AMEL (espoir). Au total : La Zaouïa doit secourir, nourrir, soigner et chercher du travail aux groupes de démunis qui la sollicitent. b- Assistance sociale : *Matérielle : Elle est assurée par les fonds de la Zaouïa qui proviennent des dons (Ziara) et des revenus des HABOUS qui lui appartiennent encore (non nationalisés). Le Moqadem doit redistribuer les biens reçus. A titre d’exemple : la Zaouïa prend en charge les démunis qui la sollicitent en cas de maladies, de décès ou autres difficultés. 3. *Morale : La zaouïa intervient dans les conflits individuels et collectifs en essayant d’aboutir à une réconciliation dictée pas les principes islamiques du saint coran et de la sunna du prophète sidna Mohamed que le salut soit sur lui A titre d’exemple le cheikh spirituel qui dispose d’un statut particulier intervient à tous les stades de réconciliation en écoutant en discutant et en aidant à prendre confiance. Son charisme exceptionnel et sa droiture reconnue facilitent toujours son influence sur les partis antagonistes . Au total : surtout en milieu rural et chez les nouveaux occupants des îlots de campagnes urbanisés satellites aux cités dortoirs de grandes villes ; La Zaouïa assure la fonction particulière de régulateur social. Par son ancrage sacré au sein même de la cellule familiale de ces entités, par sa capacité de mobilisation et par ses empreintes religieuses ancestrales, elle occupe la fonction d’une autorité morale en charge de préserver l’union et la paix 5) Zaouïas –Voies Soufies : Perspectives . Des données anciennes mais toujours d’actualité existent dans le patrimoine caché de nos Zaouïas. Elles ne sont pas encore explorées et exploitées pour des causes sous- jacentes liées aux résistances de certains Chouyoukh et aux réticences du corps rituel et légal de la tradition de nos zaouia. La conduite sage des Zaouïa, leur composante humaine et leurs liens avec la société pourraient ouvrir de nouvelles voies en matière de prévention contre toutes les formes de violences terroriste à consonance religieuse, culturelle, mafieuse, bureaucratique etc.… La réconciliation avec soi et avec l’autre moralisée par nos Zaouia demeure obligatoire pour toute paix véritable et pour tout développement équilibré et durable. Certes nous avons besoin de données récentes et objectives, que notre union nationale des Zaouïa (U.N.Z.A.) se propose et se charge de réunir et de publier de manière scientifique. Je suis convaincu que le recueil de l’UNZA permettra aux spécialises de tracer les perspectives et de suivre avec intérêt le rôle essentielle de la zaouïa et ses liens avec la société et son environnement. Ces liens (Ribat) étaient et demeurent indéfectibles. Selon nos recherches préliminaires, les données les plus récentes sur la configuration et fonctionnement de ce système authentique inspiré à partir de notre ‘SOI’ datent de plus de cinquante ans. L’effet Résistance provoqué et maintenu par les Zaouïa dans les années noires de l’histoire de l’Algérie souveraine et l’effet Réconciliation nationale lancé par son Excellence le Président de la République et explicité par nos Zaouia sont éloquents. Maintenant, nos Zaouia retrouvent leur légitimité cultuelle et spirituelle ancestrale. Elles vont enfin se permettre de dire à ceux qui se donnent le nom de moderniste et à ceux qui se donnent à tord le non de réformiste (Salafiya) de rectifier leur approche sur le tandem harmonieux et ancestral dans notre pays : « Zaouïa – Société ». Les provocateurs de ces lieux de la paix et les disciples de l’effet ‘a priori’ doivent bien agrandir leur champ visuel afin de bien observer ses œuvres éducatives, culturelles, formatives et sociales d’abord, puis rituelles et spirituelles par la s 4. Conclusion : Plus de dix années d’expérience au sein de l’union nationale des zaouïas d’Algérie nous amènent à considérer que nos Zaouias constituent une œuvre toute humaine de paix, de fraternité et de tolérance qui ne revendique aucune décoration, ni aucune gratitude , ni aucun titre de gloire. Elles gardent le Silence pour préserver les corps, les cœurs et les âmes des citoyens qui la constituent. Docteur Chaalal Mahmoud Président de l’Union Nationale Des Zaouia d’Algérie Le 14/3/2012 04

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

2 Réponses à “Zaouias d’Algérie : hier, aujourd’hui et demain”

  1. zianeme Dit :

    j’ai le plaisir de faire savoir a tous les sougueris qu’un site religieux,
    propre a la mosquée « okba ibn nafaa » de sougueur-cite SAFA AEK (3eme tranche)
    vient d’etre crée.
    visitez le et donnez nous vos points de vue pour d’eventuelles ameliorations.
    merci d’avance
    Belkheir M.

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Cheikh Nourredine était le président de la mosquée de Marseille,les français nous aident ,mais les Marocains étaient contre.

    Tahar devant la mosquée de paris

    Que la plupart des Français ne sont pas racistes, on laisse les Musulmans construire la plus grande Mosquée de France à Marseille, ou le Président était mon cousin Cheikh nourredine de Sougueur Wilaya de Tiaret Algérie.

    la rancune des Marocains n’ont pas voulu qu’un Algérien prendre la Présidence. Ils font toutes leurs possibilités en appuyant sur le Roi pour le changer.

    Ta plus belle qualité, Ta patience.

    L’honneur est un devoir.

    On parle sur moi, je laisse dire.

    On me juge, rien à foutre.

    Le principal c’est que je sais ce que je suis.

    Chaque blessure laisse une cicatrice.

    et chaque cicatrice raconte une histoire.

    une histoire qui dit, jai survécu. Ne donne pas de faux espoirs à quelqu’un . . .

    La vérité ça fait mal, mais le mensonge ça détruit . . .

    lorsque quelqu’un te blesses, tu devais l’écrire sur le sable afin que le vent l’efface de ta mémoire.

    le plus grand handicap, c’est la peur . . .

    la plus grande erreur, c’est l’égoïsme.

    la pire faillite, c’est le découragement.

    le plus grand besoin, c’est le bon sens.

    le sentiment le plus bas, c’est la jalousie.

    le plus beau présent, c’est le pardon.

    voici des titres des chansons du grand Chanteur Dahmane El Harachi, Lah-yarhmou.

    Mots en arabe:

    Ache Dani Anekhaletou.

    Wallahi Madrite.

    Edounya Bel Oujouh.

    Masale Nassemaeu Oui Nachoufe.

    Eli Fate Mate.

    Fahème ya fehame rohou.

    Khalini Nértahe.

    Wahi ma drite.

    car dans cette vie tant tu apprends tant tu est gagnant !!

    on ne peut pas juger une personne sans la connaitre.

    L’historien de Trézel

    Cheikh khaled fils haj said

    Sougueur

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Des avions et des hommes |
la rose |
pasmole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | À savoir sur le phénomène I...
| Encrage
| LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE...