RSS

“Chroniques des jours sans”. Histoire, mémoire et commémoration.

Auteur    : Mohamed Benelhadj  E-mail    : mohamedbnlhdj@gmail.com

En attendant l’été, voici, pour se tenir au chaud, quelques unes de mes                    “Chroniques des jours sans”.

                                      Histoire, mémoire et commémoration.
Alors que des acteurs connus pour avoir initié la guerre de libération nationale, d’y avoir contribué au prix de leur vie ou qui y ont joué un rôle essentiel, sont pris sous les feux croisés des différents révisionnismes, historiens et

chercheurs  spécialisés dans ce domaine tentent de se frayer un chemin au milieu des querelles mémorielles et des polémiques, souvent liées à des questions idéologiques ou politiques du moment.


Contrairement à la légende sur le « vide » autour de cette guerre, l’historien Benjamin Stora, dans ses réflexions sur le livre et la guerre d’Algérie*, recense et classe méticuleusement les ouvrages (plus de trois mille) parus sur cette période. Après un travail sur la mémoire dans La Gangrène et l’oubli et une réflexion sur le cinéma dans Imaginaires de guerre, il se penche sur le rôle de l’écrit et plus particulièrement du livre, traçant un vaste panorama des représentations à partir des récits des soldats français du contingent, des mémoires de combattants algériens, des textes de jeunes issus de l’immigration algérienne travaillés par des identités multiples et tout ce qui fait revivre la guerre sous nos yeux (récits, biographies, essais, témoignages). Ce travail historique original fait apparaître une fabuleuse bibliothèque qui reste en grande partie à découvrir.
S’il est une exigence morale au-dessus de tout, pour qui veut préserver le débat  des tentations manipulatrices, d’où qu’elles proviennent, c’est de quitter le maelström des passions et couper court aux manichéismes contrebandiers.
Comment ?

« En lisant ces irremplaçables vecteurs de mise en contexte qui produisent du sens dans l’opacité de cette guerre coloniale et de ses suites » nous dit l’auteur. Sage conseil. Vraiment !
Med B.
*Benjamin Stora. Le Livre, mémoire de l’Histoire. Ed. Le préau des collines.

A bientôt.Salutations trézéliennes. Mohamed Benelhadj.

 

Benjamin Stora - Le Livre, mémoire de l'histoire. Réflexions sur le livre et la guerre d'Algérie


Le Livre, mémoire de l’histoire – Réflexions sur le livre et la guerre d’Algérie

Benjamin Stora

 

Broché

 

Paru le: 01/05/2005

 

Editeur: Préau des Collines (Le)

 

ISBN: 2-914945-69-8

 

EAN: 9782914945691

 

Nb. de pages: 270 pages

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

4 Réponses à ““Chroniques des jours sans”. Histoire, mémoire et commémoration.”

  1. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    Le Livre, mémoire de l’histoire – Réflexions sur le livre et la guerre d’Algérie
    Benjamin Stora
    Paru le: 01/05/2005
    Editeur: Préau des Collines (Le)
    Résumé:
    Vecteur de la transmission du savoir et de la fabrication de l’imaginaire, le livre joue un rôle immense dans l’histoire de la guerre d’Algérie.
    Après de trois mille ouvrages ont été publiés sur cette période. Benjamin Stora, après un travail sur la mémoire de cette guerre dans La gangrène et l’oubli, et une réflexion sur le cinéma dans Imaginaires de guerre, se penche cette fois sur le rôle de l’écrit, et particulièrement du livre. Il trace un vaste panorama des représentations de cette guerre à partir des récits des soldats du contingent, des écrits de femmes pieds-noirs nostalgiques de leur jeunesse, des mémoires de combattants algériens, des textes de jeunes issus de l’immigration algérienne travaillés par des identités multiples…
    et tout ce qui, récits, biographies, essais, témoignages, fait revivre la guerre sous nos yeux. Ce travail historique original fait apparaître une fabuleuse bibliothèque qui reste en grande partie à découvrir, ou à relire.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    Le Livre, mémoire de l’histoire – Réflexions sur le livre et la guerre d’Algérie

    Benjamin Stora
    Sommaire :
    Le livre, comme une archive
    Les instruments de la mémoire
    Histoire de la guerre par les livres des soldats français
    L’historiographie française
    L’historiographie algérienne
    Une censure de guerre qui ne dit pas son nom
    Les écrits des femmes européennes, la solitude des incomprises
    Les principaux acteurs de la guerre
    Les écrits des jeunes de l’immigration
    L’univers  » sudiste  » des  » pieds-noirs  »
    Les écrits et les images
    Nouvelles manières de faire l’Histoire
    la fabrication de la mémoire par les livres

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    L’auteur en quelques mots… Benjamin Stora est né en 1950 à Constantine, en Algérie.
    Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur l’histoire du Maghreb contemporain, de l’immigration algérienne en France, et de la guerre d’Algérie. professeur des universités, il enseigne à l’Inalco ( Langues Orientales, Paris ), et à l’IEP ( Sciences Politiques, Paris). Il est également producteur d’un magazine d’actualités culturelles sur France Culture.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    La gangrène et l’oubli – La mémoire de la guerre d’Algérie

    Benjamin Stora
    Broché
    Paru le: 01/03/2005
    Editeur: La Découverte
    Collection: La Découverte/Poche
    ISBN: 2-7071-4626-9
    EAN: 9782707146267
    Nb. de pages: 376 pages
    Résumé :
    De 1954 à 1962, quelque deux millions de Français ont fait la guerre aux Algériens.
    Plusieurs décennies après, cette  » guerre sans nom  » n’est toujours pas reconnue dans toutes ses dimensions par l’histoire nationale. Et le refoulement de sa mémoire continue à ronger comme une gangrène les fondements mêmes de la société française. De l’autre côté de la Méditerranée, un refoulement symétrique mine la société algérienne: la négation par l’histoire officielle de pans entiers de la guerre de libération n’est pas pour rien dans la guerre civile qui déchire le pays depuis 1992.
    Pour comprendre les causes de cette double occultation, Benjamin Stora tente dans cet essai d’éclairer les mécanismes de fabrication de l’oubli, en France comme en Algérie. Il démontre comment ceux-ci se sont mis en place dès la guerre elle-même : du côté français, c’est la négation de l’existence de la guerre, le refus obstiné de reconnaître la réalité de la torture et des exécutions sommaires ; du côté algérien, c’est la violence de la guerre civile secrète qui opposa le FLN et le MNA, ou le massacre en masse des harkis à l’été 1962, perpétré par les ralliés de la vingt-cinquième heure.
    L’auteur montre également comment les mensonges de la période 1954-1962 seront à leur tour, dans les décennies suivantes, enfouis dans les mémoires par les amnisties ou les non-dits d’une histoire éclatée, telle qu’elle ressort des livres ou des films consacrés à la guerre.  » Benjamin Stora entreprend avec succès d’expliquer les raisons de ce non-dit collectif, son livre inaugure un autre regard sur une page d’histoire surchargée et mal lisible.
     » Laurent Theis, Le Nouvel Observateur.

    Sommaire :
    France, 1954-1962 : LA NOIRE VIOLENCE DES SECRETS FAMILIAUX
    La guerre sans nom
    La protection des secrets
    Des images qui fabriquent la paix
    L a divulgation des secrets, l’indifférence des Français
    La double crise de la République et de la nation : ce qu’il a fallu oublier
    Des massacres non reconnus
    Fin de guerre, éclatement et consensus

    ALGERIE, 1926-1962 : DERRIERE L’HISTOIRE OFFICIELLE, LES DECHIREMENTS

    La dissimulation des origines
    Le Front ou l’effacement du pluralisme
    La révolution sans visage
    Le mensonge d’un  » peuple unanime  »
    La victoire et ses divisions
    Le bilan des pertes

    1962-1982 : DESIRS D’OUBLI, BOUFFEES DE MEMOIRE

    La guerre ininterrompue
    La guerre ensevelie
    La guerre  » oubliée  »
    la guerre intériorisée
    La solitude des porteurs de mémoire
    Conflits de mémoire : des archives et des chiffres

    1982-1991 : LES REVANCHES IMAGINAIRES

    France : derrière l’immigration, la guerre d’Algérie
    Algérie : comment sortir de la guerre ?
    France/Algérie : assumer l’Histoire

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Des avions et des hommes |
la rose |
pasmole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | À savoir sur le phénomène I...
| Encrage
| LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE...