RSS

Archive | 3 août 2008

Registre d’or Benalioua Mohamed

3 août 2008

0 Commentaire

copiededsc001151.jpg  

 

    Il est porté à la connaissance de toutes les personnes qui ont connu ,côtoyé le défunt Benalioua d’insérer leur commentaire ou des anecdotes pour son registre d’or.

Joindre vos photos à l’adresse suivante:

beninstitdjam@yahoo.fr

      Des copies seront déposées au niveau de la bibliothèque municipale,du siège de l’A.P.C,du C.L.S et des maisons de jeunes Inchaa Allah….

A Dieu nous appartenons et à lui nous retournons

Webmaster

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Belahrache Mohamed

3 août 2008

0 Commentaire

Auteur     : Belahrache Mohamed (IP: 41.221.19.196 , 41.221.19.196)
E-mail     : belahrache@yahoo.com
URL        :
Commentaire:
Bonjour

Je connais Dr. Omar CHAALAL. Un homme intelligent et très modeste. Je vous demande de completer le site :

http://acsinfo.acs.org/isubscribe/journals/cinnov/30/i12/html/12chemscr.html

http://www.prweb.com/releases/2004/5/prweb126633.php

http://www.newscientist.com/article.ns?id=mg17823996.500

http://mainetalities.blogspot.com/2006/09/respect-muhammad-saw-like-he-respected.html

http://www.postindependent.com/article/20060102/LETTER%20/101020017/-1/LETTER

http://www.sctraveler.com/opinions.htm

http://www.newscientist.com/article/mg17723851.600-a-slicker-way-to-clean-up-oil-tanker-spills.html

A bientot

hasEML = false;

Hommage à Benalioua Mohamed

3 août 2008

0 Commentaire

    Son second souhait consistait en l’organisation du « premier printemps de la musique andalouse de Sougueur »en Avril 2008.

dsc001991.jpgLe maître incontesté de la musique andalouse, Mohamed Bénalioua a tiré sa révérence un lundi 25 novembre, alors qu’il se trouvait à la bibliothèque communale de la ville, victime d’un infarctus du myocarde. De son vrai nom, Si Mohamed Belkacem Bénalioua, il est né un 20 mars 1954 à Mostaganem. A 14 ans, alors qu’il résidait à Sougueur, sa ville d’adoption, son oncle maternel lui offrit sa première guitare. A partir de là naît sa passion pour la musique andalouse et châabi. Une année plus tard, il est intégré dans la célèbre chorale du C.E.G de Sougueur dirigée par Mr Aït Mouloud. En 1971, il fit partie, avec un groupe de copains, d’une troupe musico-théâtrale qui élit domicile au sein de la salle des fêtes et qui fut créée par Abdelaziz Belkhadem, l’actuel premier ministre. En 1977, il fut avec son frère à l’origine de la création de la troupe « El Amel » de musique andalouse de Sougueur qui obtint la 2ème place au traditionnel festival de la musique andalouse de Tlemcen. Sadek el Bedjaoui en personne félicita cette jeune troupe qui avait réussi la gageure d’imposer ce style de musique dans une région à vocation agro-pastorale. Après le départ du frère puîné Sid Ahmed en Hongrie pour des études, Mohamed s’occupa de la troupe devenue association et procéda au recrutement de pas moins de sept professeurs de musique, fruit de la mation de l’association.

La participation d’El Amel au festival de Tlemcen devint une tradition et en septembre 2007, l’association eut l’insigne honneur de clôturer la semaine culturelle de Tiaret en présence de Mme la ministre de la culture et ce dans le cadre de la manifestation « Alger, capitale de la culture arabe »

Quelques mois avant sa mort, la gestion de la bibliothèque communale lui fut confiée et son souhait le plus cher était de permettre aux étudiants et lycéens de se retrouver dans une salle de lecture afin de se cultiver. Hélas, le destin en a décidé autrement et la bibliothèque n’a, à ce jour, pas encore reçu son équipement !

Son second souhait consistait en l’organisation du « premier printemps de la musique andalouse de Sougueur »en Avril 2008.

Espérons que les autorités concernées qui ont été destinatrices de la fiche technique de cet évènement culturel qu’il espérait voir se réaliser honoreront sa mémoire et consentiront à mettre les moyens nécessaires à son organisation. Ce sera le meilleur des hommages qui lui sera rendu

L’artiste avait 53 ans et était père de trois filles et de sept garçons, la famille de la musique andalouse a perdu Mohamed mais la relève est assurée vu que ses enfants (3 garçons, 1 fille) jouent d’un instrument de musique de même que ses nièce et neveu ainsi que son frère Mustapha. Quant à Sid Ahmed et ses enfants, ils font les beaux jours de la troupe « Ibn Badja » de Mostaganem.

Belfadhel said

{mailm}

 

 

 

Hommage à Benalioua Mohamed

3 août 2008

0 Commentaire

copiededsc00115.jpg

 …tu te remettais à rêver d’un rêve qui te tenait en haleine : l’organisation d’un mini festival à Sougueur !

In memoriam …l’artiste !

     Que dire devant la mort ? Elle surprendra toujours !on l’appelle à tort ou à raison  la grande faucheuse …dans ton cas, ce fut malheureusement vrai ! Mohamed, ton regard bleu limpide et ton cœur blanc nous manquent déjà !…Terriblement.

    Enfants, adolescents, adultes,nous nous sommes épaulés dans la peine comme dans la joie ,dans nos légèretés comme dans nos certitudes ,nos idéaux mais …surtout dans notre ardeur commune :la musique ! Ta première guitare, je m’en rappelle, pour moi c’était l’une des sept merveilles du monde !…quant au piano de ton défunt père …une pièce exotique …inaccessible !

   

*********************************************************************** 

 

Je revois tant de choses : tes dix ans …tes quinze ans …tes cinquante ans  parsemés de mille et un souvenirs ,mille et un fou rire ,des centaines de soirées andalouses ,des dizaines de ramadhans…et «  leilati el Kadri »et tu y étais toujours présent et assidu ,debout …veillant au grain …tes semis ont germé …El Amel vient de fêter ses trente ans : une association où coulent de source la sueur de ton corps et le son de ton cœur …tu lui as donné de bout en bout ta vie…d’artiste !

    Notre dernière sortie sur Alger …la semaine culturelle de Tiaret…nous avons bien rigolé ,nous nous sommes encore inquiétés sur le devenir de l’association …de nouvelles perspectives…des projets pour les artistes en herbe …tu reverdissais …tu te remettais à rêver d’un rêve qui te tenait en haleine : l’organisation d’un mini festival à Sougueur !  «  El Amel » reprenait espoir s’ouvrant vers de nouveaux horizons…Que de points de suspensions ! la vie se résumerait donc à ça …des moments en suspens qu’il faut happer en attendant d’aller dans « la maison éternelle »…Je te compte désormais -en la saluant bien bas -parmi toute cette armada « d’artisans de l’ombre »,ces amateurs de la joie qui ont su avec peu de choses et beaucoup de cœur graver en notre mémoire d’intarissables moments de félicité ! Ils nous ont appris à déceler la beauté en toute chose et d’apprécier ce que Dieu a insufflé en tous les hommes :leur propension à s’élever au rang d’artistes .pour nous avoir d’accéder à cette émulation ,je les glorifie en qualité de « chevalier de la culture ».(quelques -uns grossièrement …à titre posthume !).Ces cavaliers de l’art sans épée et sans chevaux ont mené de grandes batailles contre l’inertie et la léthargie.

 

Said Belfedhal.Echo de Tiaret page 08 n°25 semaine du 6 au 12 décembre 2007

***************************** 

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

      En saisissant le texte pour l’éditer ,j’anticipais  à commenter .je me disais que de points de suspension …et j’extrapolais au fur et à mesure que je saisissais le texte ,je comprenais à un moment que  le défunt restait en travers la gorge de mon enseignant  jusqu’au passage où j’ai retrouvé l’expression « que de points de suspension »et là je me suis ressaisi et dit je suis bien l’élève de Saïd lequel m’a beaucoup appris et j’ai commencé à sentir ce professeur ,cette plume ,cet artiste plus proche de moi ….mais que de nombre cités .!…..Que de points d’exclamation plantés ! Que de phrases simples employées sans aucune expansion de qualifiants! …Là ,je cherchais Saïd et sa description mais mon enseignant est bien   touché par cette disparition tragique .A lire le texte ,on devinera difficilement qu’il s’agissait de Mohamed Benalioua .son prénom n’est cité qu’une fois alors  que d’estime tu lui portais !….Que de rêves disparus ! Que d’amis dispersés. Enfin ,toi aussi ,tu es ce cavalier désarmé ,ta force réside en retroussant tes manches ,signe d’un brave homme.

B.R.Djamel dsc00201.jpg ,ton ex élève

123

Des avions et des hommes |
la rose |
pasmole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | À savoir sur le phénomène I...
| Encrage
| LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE...