RSS

Archive | juillet 2008

Chikhaoui Abderrahmane

14 juillet 2008

0 Commentaire

31 Octobre 2006

TLEMCEN: La radio élargit son volume horaire. Fin de ramadhan,la morosité est de retour

MARDI 31 OCTOBRE
TLEMCEN
La radio élargit son volume horaire de diffusion
               La radio de Tlemcen a organisé, samedi matin, une cérémonie en son siège de Bel Horizon, à l’occasion du 13e anniversaire de sa création, le 28 octobre 1993.
               Emettant sur un champ de diffusion qui peut atteindre les 350 km, Radio Tlemcen est écoutée dans différentes wilayas limitrophes, de même qu’elle accéde aux foyers des zones les plus reculées de la région. A Tlemcen, elle a fini par conquérir le coeur des auditeurs et à se hisser au rang de média le plus privilégié au cours de ces dernières années.
              Selon son nouveau directeur M. Abderrahmane Chikhaoui, un ancien cadre de la chaîne III, Radio Tlemcen diffuse à partir du 28 octobre ses programmes pendant 24 heures. Le directeur de Radio Tlemcen qui s’est réjoui de cette croissance exceptionnelle dira: «aujourd’hui Radio Tlemcen souffle ses 13 bougies, c’est une radio adulte, solide et qui a acquis une audience extraordinaire», «en 13 années Radio Tlemcen a vécu tant de choses qu’il nous faudrait toute la nuit pour en parler», a déclaré le directeur de Radio Tlemcen.
               Il faut dire que Radio Tlemcen qui produit un grand nombre de rendez-vous d’informations, et d’émissions de service et de divertissements musicaux variés, propose quotidiennement un programme musical qui reflète les particularités effectives et culturelles de son auditoire. Ainsi, de nombreux auditeurs suivent et apprécient les différents genres musicaux algériens comme le haouzi et le chaâbi. En plus du programme musical, Radio Tlemcen propose sur ses ondes longues, en ondes courtes et en modulation de fréquence (F.M.), des émissions sportives, religieuses, culturelles, de santé, d’économie, de proximité, de la vie associative et de solidarité. «Djisr Er-Rahma» est une émission, présentée par la talentueuse Fatima, qui invite en direct les démunis et les nécessiteux dans différents quartiers et cités, à exposer leurs problèmes, beaucoup de bienfaiteurs apportent leurs aides et secours par le biais de cette émission à ces malheureux. D’autres émissions commencent à compter dans la vie des populations urbaines et rurales telles que: «Riadha Tahta El-Mijhar», «Quadiya Li Nikache», «Forum de la Radio», «Mountada Idâa», «Alam Wa Maâlim», «Hawas Bi Aynir Yal Ouarchane», «Tenmya Wal Baladiya», etc.
                En outre, la radio aborde directement sur ses ondes le cadre de vie du citoyen. Point n’est besoin d’être représentant d’un groupe, ni élu, ni notable, ni responsable, ni même encore spécialiste de l’intervention en public. Désormais tout le monde parle sur les ondes de radio Tlemcen.
                  Par ailleurs, les participants à cet anniversaire n’ont pas manqué d’avoir une pensée pieuse pour les agents de Radio Tlemcen qui ont quitté leurs collègues: Acimi Abdelhafid qui a fort contribué à l’installation de la radio à ses débuts et Belkacem Benabdallah ancien rédacteur de la radio ont, ainsi, été honorés à cette occasion. «C’est ainsi grâce à eux que radio Tlemcen est ce qu’elle est, ce 28 octobre 2006!», a souligné M. Abderrahmane Chikhaoui qui a, lui aussi, réussi à imprimer un style nouveau à la radio.
                Rappelons pour mémoire, que depuis le lancement, en 1991, de la première locale, 31 autres radios ont été créées, dont 50% entre 1999 et 2006.
(Source:Quotidien d’Oran)

Chikhaoui Abderrahmane

14 juillet 2008

0 Commentaire

Radio Tlemcen

Des ondes interactives


Emettant en continu (une première pour une radio de cet acabit) depuis le 28 octobre dernier, date de son 13e anniversaire, en modulation de fréquence et en ondes courtes (94.7 et 100.4) Radio Tlemcen est entrain de relever des défis impressionnants, depuis l’installation de son nouveau directeur, M. Abderrahmane Chikhaoui.

 

« A mon arrivée, notre station était écoutée par 14 wilayas, ce qui n’est pas peu, mais notre souci n’était pas seulement d’augmenter le volume mais aussi, la qualité. Nous devions procéder à une évaluation objective qui a aboutit à l’élargissement du volume de diffusion et à l’amélioration de nos productions. En fait, notre défi, c’est de nous rapprocher des normes internationales » dit-il. Cette mue a été quasiment aisée, en ce sens que la station dispose de matériels sophistiqués (mixage et montage) et d’une équipe technique et rédactionnelle compétente qui s’est vite adaptée à la nouvelle donne. « Grâce, en outre, à la production et aux réseaux installés (plus de 65 programmes par semaine) nous avons enclenché une nouvelle dynamique de travail) » ajoute le directeur. Un autre objectif d’envergure lui tient à coeur, c’est celui de pouvoir capter Radio Tlemcen en Live H24, autrement dit sur Internet « nous sommes sur le point de finaliser ce travail avec un partenaire local » Ce qui fait la réputation de cette station, qui est suivie même dans l’Est marocain, c’est sa diversité de ses rendez-vous quotidiens et hebdomadaires, son réseau étoffé de correspondants et le sens effectif de l’information de proximité. Et pour contribuer pleinement et concrètement à la vie des citoyens de la région et de nos concitoyens à l’étranger, la radio a créé des espaces culturels au sein même du siège. En dépit de son statut, cette radio bannit la langue de bois et les redondances. Aujourd’hui, cette station, qui touche les préoccupations des citoyens de toutes catégories de près, est une référence et une source de documentation pour les chercheurs et les gens des médias de la région. Mais, comme a tenu à conclure M. Chikhaoui « Nous sommes en perpétuelle remise en question dans le seul but d’être performant et dans le seul intérêt du service public »

Par C. Berriah

El Watan du 09 novembre 2008 L’info au quotidien

Au journalisme

14 juillet 2008

0 Commentaire

A tous les journalistes et reporters du monde, disparus dans la tourmente.

           Vos âmes généreuses sont encore là, parmi nous,
            Immortelles dans les cœurs
            De toute l’humanité.
Merci, pour votre Amour de la vérité,
Bravant tous les complots, tous les dangers,
Vous aviez refusé
Le silence, préférant la Liberté.
Vous aviez choisi la lumière, la transparence
                 Pour fuir l’obscurité.
Vous aviez crié, crié, crié
Dans le monde entier,
Votre lutte et la souffrance des peuples,
Vos révélations et vos impressions,
Votre écoeurement et votre acharnement,
Vos regrets, votre douleur et votre espoir !
     Et l’écho s’était propagé, propagé
     Jusqu’à l’éternité
    Et l’écho s’était propagé, propagé
     Jusqu’à l’éternité
Pour que des voix infinies surgissent des horizons
     Et s’élèvent dans le ciel.
Pour que des fleurs poussent
Sur chaque parcelle de terre,
Pour que le soleil glisse
Sur chaque visage terne.
Pour que tous les enfants grandissent
Dans la joie avec leur mère, leur père
Loin du fracas des armes
A l’abri des larmes et des lames.
           Reposez en Paix,
Vaillants de la Liberté ,de la vérité de la solidarité et de l’équité

hpim4219

Notre ville

3 juillet 2008

0 Commentaire

coeur201.gifSans titrecoeur201.gifL'esplanade

Il était une fois Sougueur de Monsieur Ait Mouloud Mouloud

Texte dédié à tous les pionniers amoureux de l’art de la ville de Sougueur .

Il était une fois Sougueur comme un astre lumineux

Rayonnant par sa ferveur pour le théâtre, les arts et les jeux

Dans toute la wilaya, aux villages populeux.

Les pionniers jeunes et vieux

Avaient semé pour le mieux

Des notes de musique, des chants harmonieux

Des dialogues talentueux

Des danses, des mimes gracieux.

Des dessins, des peintures, des décors fastueux.

Ces pionniers jeunes et vieux

Sillonnaient sans relâche les espaces et les villes

Pour apporter à tous un peu de joie, un peu de rêve dans le cœur de chacun …

Parmi ces pionniers, certains ont disparu

D’autres ont vieilli, aigri.

Leur enthousiasme affaibli

Mais par bonheur, après tant de malheurs

De désert, de sécheresse et de leurres,

Des graines,il y a longtemps semées,

Ont réussi à germer,à s’élever,à fleurir,

Relève dynamique

A laquelle nous souhaitons

Plus de paix, de bonheur et sensations. 13/07/2001

premireparticipation.jpg

 

 

 

 

 

 

Sougueur avec Google Maps
Population en 2000: 68654 habitants.
Ne comprend pas les banlieues.

Région administrative: Tiyarat .

Villes de plus de 50 000 habitants:
Point le plus à l’Est de cette carte: -8.673868° (longitude)
Point le plus au Nord de cette carte: 37.093723° (latitude)

 

 

Sommaire

H
Histoire de la commune

Présence française

Commune mixte créée en 1894 dans le département Oran arrondissement de Tiaret

Elle doit ses origines à la nécessité reconnue d’étoffer de villages les grands espaces vides des hauts plateaux.
Trézel est la capitale du Djebel Nador, pays du mouton.
Son nom est celui d’un général Chef d’Etat Major de l’Armée d’Afrique, Ministre de la Guerre, organisateur des bureaux arabes et du corps des Zouaves : Camille, Alphonse Trezel (°5.01.1780
Paris – + 1860).

A l’origine Trézel était destiné à devenir un centre purement agricole, céréales et vignes, mais les gelées de printemps, le sirocco, la faible pluviométrie ou les orages de grêle désastreux orientèrent la majorité des agriculteurs vers l’élevage du mouton. L’élevage extensif dirigé vers la production de la viande et de la laine, se pratiquent sur près de 1 million d’hectares suivant le mode transhumant.

Le pays du mouton constitue un immense plateau barré par les quelques sommets du Djebel Nador et du Djebel Amour, sans cesse balayé par les vents du Nord-Ouest, doté d’un climat continental et connaissant une faible pluviosité. C’est une steppe, une terre aride avide d’eau où poussant une maigre végétation semi arbustive et des graminées sauvages. Ces plantes rabougries et chétives quand l’humidité fait défaut reprennent tout de suite vigueur après quelques orages pour se transformer en un tapis vert et nourrissant. Pour compenser le manque de pluie et per mettre aux ovins de se désaltérer 70 puits d’une profondeur moyenne de 60 m ont été creusés, distants de 10 à 15 km. Au printemps, c’est la vente des agneaux et la tonte. Les marchés hebdomadaires voient des entrées d’ovins atteignant le chiffre de 12 à 15 000 têtes donnant lieu à des transactions d’une ampleur surprenante.
C’est un des plus gros marché d’ovins d’Algérie. Plus au Nord, outre l’élevage, nos agriculteurs produisent

Les deux Oueds enserrant le village, l’Oued Mina et l’Oued Sousselam et la mul titude de sources permettent aux maraîchers de satisfaire la population en légumes frais et alimentent le village en eau potable, deux châteaux d’eau sont construits assurant une réserve satisfaisante.

Commune de plein exercice en 1945

Le rôle de Trézel dans le Djebel Nador, l’augmentation sensible de la population, allant de 7 000 h en 1948 à 17 000 h en 1961, la prospérité de son marché et la com pétence de son équipe municipale dirigée par le Député Maire Xavier Salado, ont déterminé son évolution qui s’est manifesté notamment dans l’équipement du Centre au point de vue scolaire, urbanisme et habitat. Deux groupes scolaire dispensent à plus de 2 000 élèves un enseignement allant de la maternelle au cours complémentaire.

Les activités culturelles se manifestent par la création de différents clubs et la fréquentation de salles de cinéma, le Ciné Nador, la salle Paroissiale et le plein air en été en sont la juste illustration. Quant aux loisirs extérieurs, les bons coins ne manquent pas permettant à toute la population de pique-niquer, de pêcher ou de chasser. A l’occasion des fêtes de printemps, les familles entières se dirigent vers les prairies et les Oueds avoisinants pour passer la journée au grand air et faire un repas sur l’herbe.

Au village trois communautés vivent en parfaite harmonie et partagent leurs joies, leurs peines, et leurs fêtes suivant les traditions de leur religion respective. On se souvient de l’Abbé Chanson, notre curé. Aussi les responsables du village organisent plusieurs grandes fêtes qui drainent la population régionale, 14 juillet, fête du sillage, fête des vendanges. Les bals ont lieu sur la magnifique place de la République ou dans les différentes grandes salles de l’agglomération. Soulignons qu’à Trezel, la fusion des éthnies fut totale ; nous comptons de nombreux mariages mixtes (Botella, Daouadji, Garcia, Beros, le capitaine Toumi dont l’épouse était Lorraine…) ce qui explique l’absence de racisme.
Le service de santé est assuré avec efficacité par les médecins en poste, le dispensaire permet également de recevoir toutes sortes de patients pour les différents contrôles sanitaires. Dernier docteur de 38 à 63 : le Docteur G. Parrot.

  • Source : Extrait partiel de la Revue PNHA n° 43

 

LA SUPERCHERIE D’UN COLON
Les oranges de la sainte
03 Mai 2007
– Page : 18 

[...]

1...1920212223

Des avions et des hommes |
la rose |
pasmole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | À savoir sur le phénomène I...
| Encrage
| LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE...